le mot du Gd Maître

Accueil
le mot du Gd Maître
message aumônier
administration
historique
Chronologie
Cérémonial
1926 et 1962-73
les Confréries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénitents, engageons-nous !

En cette année électorale cruciale pour l’avenir de notre Pays, mais pas seulement, nous avons l’impérieux devoir d’agir et de nous faire entendre, faute de quoi quelle serait la fécondité de notre vie de baptisé ? de notre engagement de pénitent ?

La foi donne du sens à l’ambition : servir, œuvrer à transformer le monde, faire grandir ceux qui nous sont confiés … être dans le monde dans une grave allégresse. Sous forme d’appel, j’ai repris le titre de l’excellent ouvrage du Père Pierre-Hervé Grosjean [1], dont je vous livre un extrait (p. 111 & 112) qui résume parfaitement le sens de notre engagement :

Il faut une vraie générosité pour s'engager tout en acceptant de ne pas voir tous les fruits de cet engagement de son vivant, en le faisant « pour les générations à venir » ! Il faut savoir encaisser les déceptions, les échecs ponctuels, les batailles perdues, la lenteur des progrès, la fragilité des victoires et se montrer tout simplement persévérant, sans jamais renoncer à l'idéal. C'est la différence entre compromis (nécessaire) et compromission (impossible). Croyez-vous vraiment dans les idées que vous portez? Si oui, alors vous savez comme Dietrich Bonhoeffer qu'au bout du compte «La victoire est certaine » ! C’est cela qui vous fera accepter de prendre un chemin escarpé, sinueux, qu'on ne peut gravir en quelques jours seulement, ni même quelques années. Nos engagements ressemblent souvent à ce chemin sinueux. Mais chaque pas compte. Vous accepterez aussi qu'il faille du temps pour convaincre les personnes, éclairer les consciences, éduquer les intelligences et fortifier les volontés. Sans jamais renoncer au bien final à viser, vous accepterez de travailler et d'accompagner ceux qu'il reste à convaincre. Auprès d'eux, vous témoignerez peu à peu d'un autre regard possible sur le monde, sur la vie et sur le bien. La culture de vie, du vrai, du beau et du bien, se diffusera par vous, à travers vous, partout où vous êtes. Voilà pourquoi il faut que les chrétiens investissent tous les lieux de réflexion, de décision et de transmission. Même s'ils s'y sentent en «territoire hostile» ou s'ils s'y retrouvent bien minoritaires. Qu'importe : c'est là où se trouve un chrétien engagé que se diffuse peu à peu l'Evangile.

                                                                                  Frère François Dunan

                                                                                              Grand Maître de la Maintenance

[1] Catholiques, engageons nous ! chez Artège – avril 2016 – 190 pages